Conseils jardinage

Préparer son jardin pour le printemps : nos 8 astuces

Choisir les bonnes plantes pour son jardin est une chose mais cela ne fait pas tout. Un grand jardin nécessite beaucoup d’entretien et surtout une excellente préparation avec chaque saison pour se développer. Avant de commencer à planter au printemps, nous vous livrons ici 8 étapes à suivre pour préparer au mieux votre espace vert.

1. Préparer votre outillage et vos stocks

Cela peut paraître évident ou inutile pour certains et pourtant ! Dans un premier temps, passez en revue vos outils. Ensuite déterminez lesquels sont en parfait état, ceux qui ont besoin d’un petit rafraîchissement et enfin ceux qu’il vous faudra changer. En général il vous suffira d’aiguiser les lames et de huiler les mécanismes pour la plupart d’entre eux. Utilisez une lime de moulin pour aiguiser les lames, puis ajoutez de l’huile pénétrante pour éliminer et prévenir la corrosion. Vous serez surpris de constater à quel point il est plus facile de creuser ou de couper avec un outil bien aiguisé et bien huilé : les bons outils rendront toute la saison beaucoup plus facile ! Vous devriez également profiter de cette occasion pour vous réapprovisionner. Assurez-vous d’avoir suffisamment d’engrais à portée de main. Réapprovisionner votre stock de supports pour les plantes, de pots, de bacs et si vous avez des structures à monter, comme des cages à tomates, c’est le bon moment pour le faire. Il est beaucoup plus judicieux de faire ce travail dans votre abri de jardin alors qu’il fait encore froid dehors que de devoir vous en soucier plus tard au printemps, quand vous aurez bien d’autres choses à faire à l’extérieur.

2. Éliminez les mauvaises herbes, le paillis et les débris

Faites un nettoyage de printemps de votre espace vert, en enlevant tout ce qui vous gêne jusqu’à ce que vous reveniez sur un terrain propre. Les matières organiques mortes peuvent aller sur le tas de compost pour se décomposer. Le paillis ou les matières organiques bien compostés peuvent rester là où ils doivent être incorporés au sol, mais le paillis frais doit être ratissé pour ne pas étouffer le sol. Votre principale préoccupation concerne les mauvaises herbes qui pourraient encore être vivantes. Elles doivent être enlevées du sol et brûlées ou placées au milieu d’un tas de compost en activité où la chaleur les tuera avant que les graines ne puissent germer.  Vous ne devez pas laisser de mauvaises herbes vivantes dans votre espace, sinon elles pourraient revenir et essayer de concurrencer les plantes de votre jardin !

3. Tailler et élaguer

De nombreux arbres ou arbustes peuvent bénéficier d’une bonne taille à cette époque de l’année, en particulier ceux qui développent de nouvelles branches. La fin de l’hiver/début du printemps est le moment idéal pour tailler les vieilles branches, car vous pouvez bien voir la structure des branches et vous pouvez façonner la plante avant que les bourgeons ne sortent de leur dormance et que la plante commence à investir de l’énergie dans ses branches. Voici quelques-unes des plantes que vous pouvez tailler à cette époque de l’année : Buddleia (arbre à papillon), Cornus Canadensis (cornouiller), Lonicera (chèvrefeuille), Hydrangea paniculata (hortensia), Cercis (arbre de Judée), Spirea, Lagerstroemia (lilas des Indes), Rose et Wisteria (glycine).

Le début du printemps est également le moment idéal pour tailler et façonner les plantes ornementales ligneuses. Mais avant de vous lancer dans cette aventure, vous devez prendre en compte quelques éléments. Tout d’abord, vous devez utiliser un chiffon propre et un peu d’alcool isopropylique pour stériliser vos sécateurs avant chaque coupe. Cette précaution vous évite de propager par inadvertance des maladies des plantes dans tout le jardin. Vous ne voudriez pas qu’un chirurgien vous coupe sans stériliser la lame au préalable, n’est-ce pas ? Deuxièmement, il y a de nombreuses plantes que vous ne devriez PAS tailler à cette époque de l’année parce qu’elles fleurissent sur du vieux bois. Parmi les plantes que vous devez attendre la fin de la saison de floraison pour les tailler, on trouve : le camélia, le rhododendron (y compris l’azalée), le forsythia, l’hortensia macrophylla (à grandes feuilles), le syringa (lilas), le magnolia, le kalmia (laurier des montagnes) et le weigela.

4. Préparer le sol

Chaque fois que vous taillez vos plantes, il est bon d’ajouter un peu d’engrais au sol pour que la plante ait à sa disposition les éléments nutritifs nécessaires à la cicatrisation rapide de ses blessures. Une fois que le gel s’est levé et que le sol est exploitable, commencez à préparer vos plates-bandes. En hiver, le sol a tendance à se compacter, la première chose à faire est donc de l’ameublir en le labourant ou en le retournant. À l’aide d’une fraise ou d’une bêche pointue, travaillez le sol jusqu’à une profondeur de 30 à 35 cm. Tout paillis ou toute feuille de litière bien compostée doit être mélangé, mais s’il est trop frais, vous devez d’abord l’enlever. Ensuite, ajoutez du compost et des amendements. Vous pouvez utiliser une analyse du sol pour déterminer le pH et les niveaux de nutriments, ce qui vous indiquera le type de matières à ajouter. Si vous avez un sol pauvre ou argileux, il est particulièrement important d’ajouter une couche de compost sain pour améliorer la texture du sol, sa teneur en nutriments et sa rétention d’humidité. Ensuite, ratissez le sol et arrosez-le légèrement pour l’aider à se tasser et à libérer des poches d’air.

5. Faites de la place

Il arrive souvent qu’on s’enthousiasme pour de nouvelles variétés de plantes. Le risque c’est que l’on finit par en acheter beaucoup sans trop se soucier de la place qu’on aura pour les installer ! C’est le moment de l’année pour construire des parterres de jardin, installer des crochets de berger ou des jardinières et commander de nouveaux pots afin de vous assurer que vous avez suffisamment d’espace pour mettre en valeur toutes vos nouvelles plantes magnifiques.

6. Séparer les plantes vivaces

Certaines plantes vivaces ont tendance à s’étouffer les unes les autres, ce qui entraîne une détérioration de leurs performances d’une année sur l’autre. Les Hémérocalles, Shasta Daisies (marguerittes), Hostas, et bien d’autres encore ont tout avantage à être séparées au début du printemps. Avant le début de la saison de croissance, donnez à ces plantes l’espace nécessaire pour s’étaler en suivant ces étapes :

  1. Creusez autour du périmètre du massif, en respectant un large espace pour ne pas endommager les racines ;
  2. Creusez sous la motte de racines de la plante et soulevez celle-ci du sol ;
  3. Essayez de démêler les racines à la main et séparez les souches/tubercules distincts. À certains endroits, il sera nécessaire de couper la motte avec un couteau ;
  4. Répartissez les nouvelles divisions sur une plus grande surface et replantez-les immédiatement. Cela améliorera la floraison de ces plantes vivaces, et c’est un moyen facile et bon marché de propager une plus grande collection !

Remarque : si votre massif de plantes vivaces est trop grand pour être arraché du sol, vous devrez peut-être la diviser pendant qu’elle est encore en terre en insérant deux fourches de jardin dos à dos au milieu du massif et en les écartant soigneusement, puis en retirant les divisions pour les replanter.

7. Plantation précoce

De nombreuses plantes peuvent être plantées à l’intérieur à cette époque de l’année pour être ensuite plantées en extérieur au printemps, et les légumes particulièrement résistants (oignons, pommes de terre, artichauts et quelques laitues) sont prêts à être plantés dès maintenant à l’extérieur. Les bulbes et les plantes vivaces ont tendance à être faciles à planter. Creusez un trou à la profondeur et à l’espacement appropriés, ajoutez les amendements nécessaires, ajoutez le bulbe, puis remplissez le trou et arrosez abondamment. Pour les arbres et les arbustes, voici un conseil pour aider les racines à s’installer dans leur nouveau foyer : la méthode des douves. Là encore, vous devez creuser un trou suffisamment grand et large pour accueillir les racines de la plante, et ajouter un cône de terre amendée pour que les racines puissent s’y reposer, puis remplir le trou avec de la terre amendée. Mais avant d’arroser, créez autour de la plante un anneau de terre un peu plus large que le trou d’origine. Cet anneau agira comme une berme pendant que vous arrosez la plante, ce qui vous permettra d’obtenir vraiment la saturation profonde nécessaire sans transformer toute la zone en fosse de boue (voir image ci dessous).

8. Appliquer un paillis.

Enfin et surtout, appliquez une épaisse couche de paillis partout où vous le pouvez. Le paillis est beaucoup plus efficace pour empêcher les mauvaises herbes de s’établir si vous pouvez le mettre en place avant que les mauvaises herbes ne commencent à germer. Il se peut que vous attendiez encore de planter dans de nombreux endroits, ou que vous ayez des graines en germination que vous ne voulez pas enterrer dans du paillis. Vous pouvez éviter une grande partie de ces conflits si vous avez déjà commencé vos semis à l’intérieur, si vous travaillez autour de plantes établies ou si vous achetez des plantes bien établies dans la pépinière. N’attendez pas trop longtemps pour pailler une zone, ou les mauvaises herbes vous y battront !

A propos de l'auteur

Avatar

Aujardinmalin

Laisser un commentaire